Le grand enchaînement en 108 mouvements


Élaboré par Yang Lu Chan dans le courant de la première moitié du XIXe, siècle, le grand enchaînement est au coeur de la pratique du style Yang du Taichichuan. Davantage qu’un simple répertoire de techniques martiales, c’est une méthode de formation à part entière.  Mémoriser cette longue série de mouvements est le premier objectif de ceux qui veulent apprendre le Taichichuan.

Les 108 mouvements



Les 108 mouvements du grand enchaînement retracent un combat fictif. La tradition chinoise, friande de symboles, fait coïncider ce nombre avec celui des constellations dans le ciel nocturne.

L’exercice ne comporte en fait que 37 mouvements différents, dont certains sont répétés à plusieurs reprises. Les noms poétiques des postures dissimulent l’aspect martial de la discipline.

Ce sont pourtant bien des combinaisons d’esquives, de frappes et de projections qui se cachent dans cet exercice. La pratique du grand enchaînement est une préparation à la pratique martiale.

Équilibre & précision



D’après le Livre de la Voie et de la Vertu, « le calme est le maître du mouvement ».

L’exécution de l’enchaînement sur un rythme lent et régulier favorise le contrôle du corps et le maintien de l’équilibre dans le déplacement. Pendant la phase d’apprentissage, l’enchaînement nécessite près d’une demi-heure de pratique. Plus tard, on ralentit encore la cadence pour renforcer le corps et polir les mouvements.

 À force de travail, le respect des règles de structure requiert de moins en moins d’attention. Il devient alors possible de compresser ce même enchaînement en seulement 3 minutes.

Méthode d'apprentissage



Davantage qu’un simple répertoire de techniques, le grand enchaînement est une méthode d’apprentissage à part entière.

Ceux qui souhaitent apprendre le Taichichuan doivent en premier lieu mémoriser la série des 108 mouvements. 

L’enchaînement d’un débutant n’est d’abord qu’une coquille vide.

Mais les règles et les principes y sont en quelque sorte contenus en germe et l’entraînement quotidien permet de les faire éclore.

La mise en oeuvre des règles et des principes remplit le mouvement et l’anime de l’intérieur.

Préparation du corps



L’alternance des phases de repli et d’extension des mouvements mobilise de nombreuses chaînes musculaires et provoque un massage des organes en profondeur. 

La répétition régulière de l’enchaînement entretient la santé, renforce et assouplit le corps. Ce travail de préparation est indispensable pour ceux qui s’intéressent à l’aspect martial du Taichichuan.

À découvrir




Ecole Shen Long de Tai Chi Chuan | 

Maison des associations - Hôtel de ville
97 bis Boulevard Henri Barbusse
91 211 Draveil Cedex
ou envoyer votre demande directement à notre directeur d'école